RETOUR SUR LA PHASE DE QUALIFICATION

26 July 2012

EuroBasket Women 2013

La course à la qualification pour l'EuroBasket Women 2013 qui s'est déroulée récemment a été passionnante et a proposé tout ce qu'il faut pour faire vibrer les fans de basket. Des histoires, des rebondissements, des dénouements lors de la dernière journée et, bien sûr, des larmes, de joie et de déception.
 
22. Alexandria Quigley (Hungary)
Alexandria Quigley et la Hongrie attendront l'Euro 2015, à domicile, pour tenter de décrocher une médaille européenne.
Comme souvent lors des tours de qualification, on s'est souvenu à quel point il est cruel de ne pas participer du tout. Car même pour les équipes qui risquent de faire un parcours décevant l'an prochain en France, il est important de participer à un événement important du basket féminin. Après des mois de travail et de préparation, manquer la compétition est un résultat difficile à digérer.
 

Sur la ligne de départ, l'Israël, la Hongrie, la Pologne et la Grèce s'attendaient probablement à rejoindre les 5 nations déjà qualifiées. Et pourtant... Le point commun entre ces 4 équipes, c'est l'absence de joueuses majeures, combinée à des rivaux qui ont su élever leur niveau de jeu.

Le groupe A avait hérité d'entrée du label « Groupe de la mort ». À l ‘exception du Portugal, les 4 autres équipes se tenaient au classement et étaient considérée de niveau équivalent. Au final, l'Israel et la Hongrie restent sur le carreau.

En tant que co-hôte de l'EuroBasket Women 2015, il semblait essentiel que la Hongrie participe à l'édition française afin de faire parler d'elle. Avec l'arrivée de Stefan Svitek, l'équipe était plutôt optimiste et la naturalisation d'Alexandria Quigley palliait aux absences de Zsofia Fegyverneky et Tijana Krivacevic. Cela n'a pourtant pas suffi et il est certain que 6 ans entre 2 participations aux phases finales pour une équipe de leur calibre est un sacré faux-pas.

Pour l'Israël, il semble plus facile de prendre du recul : après avoir participé à de nombreuses éditions, il paraissait inévitable que l'équipe rate le coche un jour où l'autre. Dans un groupe difficile et alors que plusieurs joueuses annonçaient leur retraite internationale, la tâche s'annonçait ardue.

 

ABSENCES ET MAUVAIS ŒIL

6. Zoi Dimitrakou (Greece)
Zoi Dimitrakou a brillé dans le tournoi, mais ses performances n'ont pas suffit pour qualifier la Grèce.

Pour la Pologne et la Grèce, des joueuses majeures ont manqué à l'appel et cela a entrainé des répercussions significatives. On peut considérer, qu'en l'état, leurs parcours sont plutôt honorables. Si Jacek Winnicki, le coach Polonais, avait pu compter sur Ewelina Kobryn et/ou Agnieszka Bibrzycka et si le sélectionneur Grec, Alekos Daglas, avait eu dans ses rangs Evina Maltsi, les choses se seraient probablement passées différemment.

La Slovénie et la Belgique repartent déçues elles aussi mais pour des raisons tout à fait différentes.

La Belgique a du faire sans ses 3 vétérans, Ann Wauters, Kathy Wambe et Anke De Mondt. Peut-être les attentes étaient-elles trop hautes pour cette jeune équipe? On est obligé de croire qu'elle méritait mieux que son résultat de 1 victoire en 8 matches (lors de la dernière journée pour sauver l'honneur).

Pour la Slovénie, c'est le mauvais œil qui leur a joué des tours. Le grand nombre de blessures sérieuses a fait dérailler une équipe qui était pourtant entrée dans la compétition en boulet de canon.

Comme la Belgique, la Slovénie sera probablement une menace à ce niveau dans un futur proche.

 

DIRECTION LA FRANCE

Le meilleur pour la fin, félicitations aux équipes qui se sont qualifiées pour l'EuroBasket Women 2013. Les voisines Lituaniennes et Lettones ont surmonté les quelques absences et continuent leurs séries de participations aux phases finales de la compétition Européenne. Dans le même temps, la République Slovaque a réalisé un beau parcours pour s'adjuger un ticket pour la France.

15. Anna Cruz (Spain)
Anna Cruz et ses partenaires ont bien assumé le statut de la sélection espagnole, prétendante au titre européen, malgré l'absence d'Alba Torrens la Joueuse FIBA Europe de l'année 2011.

L'Espagne a fait ce qu'il fallait pour surmonter la déception de l'EuroBasket Women 2011 mais cela n'a pas été de tout repos pour le nouveau sélectionneur, Lucas Mondelo.
Parmi les équipes qui ont tourmenté les Ibères, la Suède qui, emmenée par Frida Eldebrink et Louice Halversson, perce enfin en division A après un tournoi sensationnel.

La Biélorussie aussi a été impressionnante. Après la déception de l'été dernier, elles ont fait preuve de cœur et de caractère malgré l'absence de Yelena Leuchanka. Anastasiya Verameyenka ne fait que progresser et semble sur le chemin d'une grande carrière.

Le Monténégro a abattu un gros boulot pour que leur participation historique de l'an passé ne soit pas un « one-shot ». Il sera intéressant de voir si, pour leur 2nde participation, elles seront capables de jouer les poils à gratter comme elles l'avaient fait en Pologne.

L'Italie, en pleine reconstruction, était une équipe intrigante de par les choix effectués. Leur approche nouvelle leur a offert la réussite et une place à la grande table. Le choix de revoir entièrement la composition de l'équipe était osé et il a été impressionnant de voir à quelle vitesse l'équipe a pris ses marques pour rebondir suite à la claque reçue à Riga pour le compte de la 1ère journée.

Enfin, l'Ukraine et la Serbie qui, après avoir manqué l'édition Polonaise en 2011, ont fait durer le suspense jusqu'au bout, ne validant leurs tickets qu'à la dernière journée.

L'Ukraine versée dans le « groupe de la mort » a maintenu le cap malgré des hauts et des bas qui l'ont secouée jusqu'au buzzer final de la dernière journée.

La Serbie, après avoir pris du retard au départ, a su frapper fort au bon moment alors que les premières places semblaient déjà promises au Monténégro et à la Pologne. L'effort de la sélection de Marina Maljkovic pour surmonter les pertes de Sonja Petrovic et Jelena Milovanovic a été plus que satisfaisant. Il sera intéressant de voir si le retour de la star nationale, Ana Jokovic, peut les installer dans le haut de tableau.

Réponses dans un peu moins d'un an !

 

Auteur : Paul Nilsen (paulballnilsen@gmail.com)

Traduction : Amélie Barrou


RELATED NEWS

20 après, l'Espagne de nouveau championne d'Europe30.06.2013
Sancho Lyttle MVP de la compétition, le 5 Majeur du tournoi30.06.2013
Marina Maljkovic : "J'espère que le basket féminin en Serbie grandira"30.06.2013
Boris Diaw : "C'est super ce que font les Bleues"30.06.2013
La Turquie, médaillée de bronze de l'EuroBasket 201330.06.2013
Jean-Pierre Siutat : "La plus belle des récompenses, ce sont ces moments d'émotion"30.06.2013
L'Espagne et la France en quête d'or30.06.2013
Pierre Vincent : « Faire face à ses responsabilités »30.06.2013

Advertisement

CNDSbwinChampionINTERSPORTmoltenPEAKTISSOTTURESPANAAeroSvitFrance Olympique